Biesse portes ouvertes 2018

Actus
Entreprises
Produits
Construction
Agenda
Contact
Rechercher :
A la une
Filière
Produits
Machines
Salons
Livres
Archives



Construction bois

Parlons bois, parlons d'avenir !


Jeudi 14 Juin, une matinale dédiée aux enjeux sous-jacents à l’essor des constructions en structure bois s’est tenue à Paris à l’initiative d’Artelia, groupe de conseil et d’ingénierie. Réunis pour l’occasion, Laurent Bizeur de Nexity, Aurélie Blottière et Jérôme Duru d'Artelia, David Bruchon d'Icade Promotion, Alain Flumian de la Ville de Paris, Pascal Gontier arhitecte, Jean Piveteau de Piveteau Bois et Jean-Christophe Terrier de Vinci Construction France ont échangé sur les tendances de fond liées à l’emploi du bois.

Artelia matinée construction bois
crédit photo : Artelia Groupe


La collaboration des spécialistes au service de prouesses techniques.

Employé de longue date dans la construction, le bois a connu ces trente dernières années des révolutions techniques successives qui ont favorisé son emploi dans les constructions de grande hauteur : du lamellé-collé au lamellé croisé contrecollé, en passant par les procédés de préfabrication de plus en plus pointus et les solutions envisagées dans le secteur de l’isolation acoustique, le paysage des réalisations innovantes a été bousculé par les échanges fructueux des spécialistes.

Une approche collaborative qui a signé le succès des solutions constructives en bois, selon Karin Le Tyrant: “le bois induit une prise en compte de la problématique acoustique dès le départ. On a des méthodes de travail et des partenariats avec différents laboratoires qui permettent de beaucoup échanger et de bien connaître les principes constructifs à respecter”.

Un coût d’investissement modéré au regard du coût global ?

Le bois ne manque par ailleurs pas d’arguments pour s’imposer comme une option très sérieuse dans le secteur, comme l’a souligné Laurent Bizeur (Nexity) : « l’immobilier en bois a, aujourd’hui, un pouvoir de séduction qui compense l’éventuel surcoût de ce matériau, à supposer qu’il y en ait un. »

Et la question a nécessairement fait débat : pour David Bruchon, “Si vous souhaitez faire un projet 100% bois, vous allez être confronté à un tas d’écueils réglementaires ou normatifs. Il faudra donc accepter de porter une démarche d’innovation, or l’innovation ce n’est pas gratuit.”

Alors, le bois, plus ou moins onéreux que les matériaux plus traditionnels ? “Le montant de l’investissement initial est une question qui peut se poser mais il faut la modérer au regard du coût global. Le fait de construire en bois sur le cycle de vie du bâtiment est plus favorable à l’usager", tranchait ainsi Jean-Christophe Terrier (Vinci Construction France). Et ce dernier de préciser: “Il y a peut-être de nouveaux modes de financement à inventer”.

Une filière qui peine encore à se structurer

Le débat s’est aussi naturellement orienté vers la question de la maturité de la filière. Dans un contexte où le Président de la République indiquait le 18 avril dernier, “Le bois est une filière que nous devons développer en France. Il faut donc mettre en place une politique volontariste, sur laquelle nous allons travailler avec la filière”, les attentes des acteurs de la construction sont de taille.

Et, si Jean Piveteau souligne la bonne santé de la filière française, il reconnaît toutefois que “sur les produits d'engineering et de la construction, la filière française est en retard. Les pays nordiques, l’Allemagne et l’Autriche sont plus en avance. Intrinsèquement, sur le marché des bois qu’utilisent nos constructeurs, nous avons du retard.”

Le bois pour “décarboner l’acte de construire à moindre coût” ?

Toujours est-il que les utilisateurs finaux, eux, semblent plus que jamais conquis par les avantages du bois. Et pour cause, puisque comme l’a détaillé Pascal Gontier (Agence d’architecture), “On est capable aujourd’hui avec le bois de faire des grilles structurelles totalement ouvertes. On peut rêver à des bâtiments plus ouverts, et ces ouvertures permettent de proposer, via les possibilités de la préfabrication, des logements faits sur mesure et ouverts aux évolutions.”

Selon David Bruchon (Icade Promotion), “l’effet de mode est prégnant sur la région parisienne, mais, c’est surtout une lame de fond par rapport à une problématique carbone. Le bois va rester dans la construction par l’ensemble des vertus qu’il a, notamment en questionnant toute la profession sur sa faculté à décarboner l’acte de construire à moindre coût”.

Plus de doutes possibles, le bois est sans conteste l’un des matériaux phares de la construction bas carbone. Supporté par un contexte réglementaire favorable, il apparaît ainsi comme une réponse efficace à la dynamique bas carbone portée par le gouvernement français au travers du label BBCA, puis E+C-, et dont la généralisation devrait s’accélérer dès 2020.

Texte fourni par Artelia Groupe (06/07/2018)

www.arteliagroup.com

Facebook Google plus Twitter Email











Site d'information de Cmp Bois, magazine professionnel de l'activité bois en France
Vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent
en vous adressant à Frustel Editions - 12 chemin Renaudin - F-92260 Fontenay aux Roses ou par fax au +33 956 061 048