Scm Group

Actus
Entreprises
Produits
Construction
Agenda
Revue
Contact
Rechercher :
A la une
Filière
Produits
Machines
Salons
Livres
Archives


Progression du prix du bois sur pied


L’indice général du prix de vente des bois sur pied en forêt privée se rapproche de son plus haut niveau de 2007. En hausse de 3% par rapport à l’année 2015, il s’affiche à 58€/m³ et si les résineux ne profitent pas encore pleinement du rebond observé sur le marché de la construction, le marché global des bois feuillus reste stable, tiré par la hausse du prix du Chêne, selon l'Observatoire Economique de l'Interprofession Nationale de la Filière Bois, créé en 2009 par France Bois Forêt.

Hausse du prix de vente du bois sur pied selon France Bois Forêt
crédit photo : Cmp Bois


Une progression des prix sur fond de baisse des volumes, notamment en résineux.

Pour la 4ème année consécutive, l’indice général du prix de vente des bois sur pied en forêt privée poursuit une dynamique haussière. Il affiche une progression de 3 % par rapport à 2015. En 2016, les experts forestiers ont mis sur le marché 1,9 million de m³ de bois, en baisse de 11 % par rapport à 2015. Ce recul, corrélé aux prix, est essentiellement dû aux moindres volumes de résineux offerts. Pour Pierre Achard, président de l’Association des Sociétés et Groupements Fonciers et Forestiers (ASFFOR), « la parité euro-dollar, la reprise du secteur de la construction et la stabilité de la production industrielle sont les trois principaux facteurs conjoncturels qui influencent le marché du bois ». La stabilité du dollar par rapport à l’euro en 2015-2016 constitue un avantage concurrentiel indéniable à l’export. Elle profite notamment aux bois feuillus dont 40 % du volume est destiné aux marchés extérieurs. Par ailleurs la reprise du secteur de la construction dynamise sans aucun doute, les transactions compte tenu des volumes qui lui sont destinés : 50 % de la 2ème transformation. A cet égard le logement individuel, plus consommateur de bois que le logement collectif, a bénéficié d’une hausse des permis de construire et des mises en chantier de respectivement 11,34 % et 8,45 %. Enfin la production industrielle, véritable baromètre de la consommation de bois destiné au secteur de la palette et des emballages industriels, a connu une progression de son indice de 1 %.

Pour autant, cette progression de l’indice général masque plusieurs réalités contrastées entre les différentes essences.

Les bois d’industrie et les bois d’énergie feuillus ont pâti de la chute des cours mondiaux de la pâte à papier, des stocks déjà présents chez les industriels et d’un climat hivernal très clément depuis plusieurs années. Ils s’affichent, pour la première fois depuis 2006, sous la barre des 10 €/m3. Le Pin maritime souffre également du marché morose de la pâte à papier et enregistre une baisse de 6 points à 34 €/m3. En revanche, le Douglas, essence emblématique de la forêt privée française, connaît une progression de 7 % à 56 €/m3. Le Chêne, dont le prix progresse de 12 % par rapport à 2015, assure à lui seul la hausse globale des bois feuillus. Il bénéficie d’une forte demande étrangère et du regain de l’industrie de la tonnellerie. (21/04/2017)

Facebook Google plus Twitter Email











Site d'information de Cmp Bois, magazine professionnel de l'activité bois en France
Vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent
en vous adressant à Frustel Editions - 12 chemin Renaudin - F-92260 Fontenay aux Roses ou par fax au +33 956 061 048