Mach Diffusion




Publi-information

Le KVH propose deux qualités de surface



Le KVH est un matériau de construction en bois massif avec des exigences supplémentaires en matière d’hygrométrie, de qualité de surface et de coupe. Il peut être produit avec ou sans aboutage et dans l’accord sur le bois massif de construction KVH, entre l’Association Allemande de la Construction Bois et le conseil de surveillance de l’association pour le bois massif de construction KVH, deux qualités de surface, pour les applications visibles et non visibles, sont définies.


KVH Duobalken Triobalken
crédit photo : KVH



La qualité de surface du KVH est précisément définie.

Le bois massif de construction KVH Si est raboté. Même en cas de rabotage conforme, il n'est pas possible d'éviter totalement, notamment aux extrémités des éléments, de légers défauts isolés, qui peuvent être tolérés dans la plupart des domaines d'application. Il en va de même pour les zones rugueuses restreintes en surface, obtenues lors du rabotage en raison de vagues dans le bois plus importantes (par exemple dans la zone des nœuds) ou dans la zone des entures.

Le bois massif de construction KVH NSi est égalisé, ce qui signifie que 50% au moins des surfaces latérales sont traitées par la raboteuse. Cependant, par dérogation, le bois massif de construction KVH NSi se voit lui aussi souvent qualifié d’une surface rabotée. Pour le KVH, il faut utiliser des chanfreins de 3-5 mm, pour éviter que les arêtes ne soient endommagées lors du chargement. Puisqu'il est facile et peu onéreux d'éviter la casse des arêtes lors du chargement, grâce à l'utilisation d'engins de levage appropriés, les arêtes endommagées sont inacceptables.

Pour conserver une surface impeccable, il est nécessaire de mettre une protection aux engins de levage, afin qu'ils laissent le moins de traces possible. La flache est la partie d'une coupe transversale de bois de sciage, pour laquelle le rectangle est incomplet. Celui-ci est mesuré selon la norme européenne DIN 4074-1 par le rapport entre la longueur projetée de la flache en largeur ou en hauteur et la longueur et la longueur projetée totale en largeur ou en hauteur (image 8). Pour KVH, la flache admissible est K inférieur ou égal à 10 %.



Les nœuds sont un critère essentiel.

Les branches, qui portent les feuilles et les épines, sont une composante naturelle de l'arbre et des produits sciés qui en résultent. Comme les branches occasionnent un affaiblissement de la coupe transversale et, par endroits, des vagues (écarts de texture), les nœuds du bois représentent un critère essentiel dans la classification mécanique de la résistance.

Suivant la norme de classement nationale utilisée, les types de bois, leurs origines, ainsi que la taille des nœuds peuvent être différents pour une norme européenne de classe de résistance. A l'inverse, une même proportion de nœuds dans le bois peut mener à des résistances différentes. Mais pour le bois massif classé visuellement en Allemagne et en Autriche, c'est la norme DIN 4074-1 qui reste jusqu'à présent la norme de classement usuelle. En conséquence, il convient de se référer uniquement à cette norme dans le cas d'un classement visuel.

Pour des raisons esthétiques, l'accord sur le KVH délimite la proportion de nœuds à A inférieur ou égal 2/5, calculé d'après la norme DIN 4074-1, et indique en outre comme valeur maximale autorisée un diamètre de 70 mm. Dans le cas de bois classé mécaniquement, cette limitation n'est valable que pour la classe de surface KVH Si (zone visible). L'accord sur le KVH contient également des directives sur l'état des nœuds. Les critères pour l'état des nœuds sont valables aussi bien à la livraison qu'à l'état monté.



Les poches de résine ne peuvent être complètement exclues.

On trouve des poches de résine dans toutes les essences résineuses nationales (épicéa, pin, mélèze, douglas), à l'exception du sapin, mises en œuvre dans la production de KVH. Les poches de résine se forment dans le tronc vivant et se perdent à l'intérieur d'un cerne.

Dans le bois de charpente ils apparaissent en ovale sur les surfaces tangentielles et en long sur les surfaces radiales. Les poches de résine n'ayant qu'une faible influence sur la résistance du bois, elles ne sont pas prises en compte dans le classement de résistance.

On ne peut exclure totalement, même avec un tri minutieux, que de la résine sorte des poches résineuses, car les poches résineuses proches de la surface peuvent se rompre ultérieurement sous les effets thermiques.

Comme dans le cas des nœuds, la visibilité des poches résineuses doit être considérée en rapport avec l'éclairage et la distance de vue d'un possible examinateur. La limitation de la largeur autorisée des poches résineuses à 5mm est ainsi en adéquation avec les directives de qualité visuelle pour le bois lamellé-collé conformément à la fiche technique bois lamellé-collé.
(21/09/2018)

Cmp Bois est le site professionnel d'information de tous les usages du bois en France. Vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent en vous adressant à :
Frustel Editions - 12 chemin Renaudin - F-92260 Fontenay aux Roses ou par fax au +33 956 061 048